Category Archives: SPONDYLARTHRITE

Détresse psychologique chez les patients atteints de spondyloarthrite en Europe : résultats dans l’étude européenne EMAS.

Par le Dr Edouard Pertuiset (CH René-Dubos – Pontoise)
D’après la communication :Psychological Distress in Patients with Axial Spondyloarthritis in Europe. Results from the European Map of Axial Spondyloarthritis SurveyM. Garrido-Cumbrera et al.

La détresse psychologique est un état de souffrance émotionnelle caractérisée par un ensemble de symptômes, notamment d’anxiété et de dépression. Le GHQ (General Health Questionnaire) est, comme son nom ne l’indique pas, un questionnaire ayant pour but la détection de troubles mentaux non psychotiques. Le GHQ comprend 4 domaines de symptômes liés à : dépression, anxiété et insomnie, désadaptation sociale, somatisation. Il y a plusieurs formules de GHQ dont la plus utilisée en pratique comporte 12 questions (GHQ-12). Un score de GHQ-12 ≥ 3 constitue le seuil de risque pour l’existence d’une détresse psychologique.

La détresse psychologique, en tant que telle, a été très peu étudié dans les spondyloarthrites axiales (axSpA). Le travail présenté ici est basé sur l’analyse de 2.846 patients participant à une étude européenne appelée EMAS et réalisée dans 13 pays. L’objectif de ce travail a été d’évaluer l’association de la détresse psychologique avec différents facteurs, dont ceux liés à l’axSpA.

En analyse univariée, la détresse psychologique est significativement corrélée avec : l’âge plus jeune, le sexe féminin, vivre seul, ne pas avoir de travail, être en arrêt de travail temporaire, le score BASDAI, l’index de raideur rachidienne, la dépression et l’anxiété. Un score BASDAI ≥ 4 est présent chez 86,9% des patients avec un score GHQ-12 ≥ 3, et chez 49,7% des patients ayant un score GHQ-12 < 3 (p < 0,001).
En analyse multivariée, l’association des facteurs influençant le risque de dépression est par ordre d’importance décroissante : BASDAI, anxiété, sexe, statut professionnel, âge.

Synthèse : la détresse psychologique est un élément important que nous n’avons pas (ou pas assez !) l’habitude de prendre en compte chez les patients jeunes atteints d’axSpA. Elle peut être détectée par le questionnaire GHQ-12. Sa détection doit permettre de déboucher sur des actions comme : adresser le patient à un psychologue (voire un psychiatre), organiser une éducation adaptée, développer le coping, etc. Son risque est d’autant plus important que le patient est jeune, qu’il s’agit d’une femme, que l’axSpA est active et que la raideur rachidienne est importante.

Quels sont les facteurs environnementaux qui peuvent impacter la spondylarthrite ?

Stress, vaccination, quels sont les facteurs environnementaux qui peuvent impacter la spondylarthrite ?

Luo G & al. / Joint Bone Spine  / 5 juin 2018
Résumé d’articles par  Nathalie Barrès
À retenir 
Les résultats d’une étude française montrent que les évènements de vie stressants survenant de manière soudaine et inexpliquée, seraient associés à une aggravation transitoire de la spondylarthrite. Cette dégradation devenait cliniquement significative pour les détresses les plus sévères. En revanche cette étude n’a pas confirmé d’association entre la vaccination et l’augmentation de l’activité de la maladie. Même si la magnitude de la variation du BASDAI restait relativement modérée au niveau de la population dans son ensemble, les variations individuelles pouvaient cependant être non négligeables.
Pourquoi est-ce important ?
La contribution des facteurs environnementaux à l’évolution de la spondylarthrite (SpA) n’est pas très bien étudiée. Une précédente étude menée par la même équipe avait mis en évidence que les évènements de vie stressants, et dans une moindre mesure la vaccination, pouvaient favoriser l’activité de la maladie. Cependant, les données étaient recueillies auprès des sujets tous les trois mois, un intervalle jugé long qui pouvait constituer une limitation.
Méthodologie
Étude prospective de cohorte menée chez des adultes atteints de spondylarthrite et suivis durant deux ans. Les patients devaient renseigner tous les mois un questionnaire standardisé via un site Internet. Ils indiquaient ainsi s’ils avaient vécu des évènements de vie stressants, s’ils s’étaient faits vaccinés ou s’ils avaient été exposés à d’autres facteurs environnementaux. Ils devaient indiquer le taux de détresse résultant de ces évènements de vie sur une échelle numérique entre 0 et 10.
Principaux résultats
Au total, 3.388 questionnaires ont été retournés à partir des 272 patients souffrant de SpA enrôlés dans l’étude. La durée moyenne de la participation à l’étude était de 505 jours ±159. Sur l’échelle HAD, le niveau moyen d’anxiété était relativement élevé, alors que le score moyen de dépression était à un niveau intermédiaire. Une majorité de sujets ont rapporté consommer de l’alcool (72,8%), mais peu présentaient une addiction potentielle, et 22,8% des sujets étaient fumeurs.
Par rapport aux mois sans événement stressant, les mois durant lesquels un événement stressant, soudain et inexpliqué de vie est survenu ont été associés à une augmentation significative du critère principal de jugement, l’index de BASDAI (Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index) de 0,57 [0,29-0,85], p<0,001.
L’effet de l’événement de vie stressant persistait sur une durée médiane de 3 mois, et 25% des patients restaient même affectés durant plus de 8 mois. En revanche, aucun autre facteur environnemental n’était associé de manière significative après correction, à des variations de l’index de BASDAI.
Principales limitations
L’impact des facteurs environnementaux a été évalué sur la perception de la sévérité des symptômes par le patient et non par des marqueurs objectifs de l’inflammation.
Financement
Etude financée par UCB Pharma.
Références :Luo G, Boelle PY, Turbelin C, Costantino F, Kerneis S, Nahal RS, Breban M, Hanslik T. Abrupt and unexpected stressful life events are followed with increased disease activity in spondyloarthritis: a two years web-based cohort study. Joint Bone Spine. 2018 Jun 05 [Epub ahead of print]. doi: 10.1016/j.jbspin.2018.05.009. PMID: 29883766